La fabuleuse légende de la glace Plombières

La crème ratée du cuisinier de l’Empereur

La crème ratée du cuisinier de l’Empereur


Lors de la célèbre entrevue qui réunit Napoléon III et Cavour, Ministre plénipotentiaire de Victor-Emmanuel II, roi de Piémont-Sardaigne (et futur roi d’Italie), afin de présider à un nouveau re-découpage de l’Europe (et indirectement à la réunion de la Savoie et du Comté de Nice à la France), le cuisinier aurait raté une crème à base d’œufs battus dans du lait sucré...
Il aurait alors imaginé d’enrichir sa crème de pépites de fruits confits et de la parfumer au kirsch, l’alcool local, puis il décida de glacer le tout.
Le dessert aurait été tout particulièrement apprécié des convives et aurait participé au climat de bonne humeur qu’il convenait d’instaurer, avant de conclure un traité d’alliance international.
Viva Italia ! Vive l’Empereur !

Cette anecdote, très ancienne, largement diffusée et par ailleurs tout à fait sympathique, reflète des relations historiques étroites, qui relient pour toujours la cité de Plombières à l’ancien Royaume d’Italie.

Pour autant, néanmoins, l’antériorité historique de la crème glacée à la Plombières ne fait pas de doute. Elle témoigne du renom beaucoup plus vieux, tout à la fois de cette glace, que de la station thermale, auquel son nom reste définitivement attaché.